octobre 09

Rencontre littéraire :  » Femmes et filles dans la migration »

Dans le cadre de son action « Femmes et Migrations » et en partenariat avec l’ASBL Ibirezi vy’Uburundi, CEC ONG a l’honneur de recevoir la romancière et militante des droits des femmes Monique Ilboudo.

Le 17 octobre, Monique Ilboudo s’entretiendra sur le thème « Femmes et filles dans la migration » en compagnie de Maître Annabel Belamri, spécialiste en droit des étrangers.

📅Date : le 17/10/2019 de 12h à 14h

📍Lieu de la rencontre : ASBL Ibirezi vy’Uburundi, Rue Fernand Charlot 4C, 1370 Jodoigne

🎟Réservation par mail jusqu’au 14 octobre à info@ibirezi.org

Originaire du Burkina Faso, Monique Ilboudo est une romancière, femme politique, avocate en droit privé et militante des droits humains, et des droits des femmes en particulier.
Citoyenne engagée au sein de la société civile burkinabé, elle a notamment fondé l’Observatoire de la Condition de la Femme Burkinabé.
D’abord enseignante à l’université de Ouagadougou, son engagement est devenu politique lorsqu’elle a siégé au Conseil Supérieur de l’Information de 1995 à 2000 avant de devenir Secrétaire d’Etat chargée de la Promotion des Droits de l’Homme, puis Ministre de la Promotion des Droits Humains, et Ambassadrice du Burkina Faso dans les pays nordiques et les pays baltes.
Référence incontournable de la littérature africaine francophone, Monique Ilboudo est également l’auteure de nombreux essais et romans, dont « Le mal de peau » (1992) qui a rencontré un vif succès et pour lequel elle a reçu le Grand Prix de l’Imprimerie Nationale du Meilleur Roman, « Murekatete » (2001) et « Si loin de ma vie » (2018).
Marquée dès son enfance par les disparités et inégalités sexuelles au sein de sa propre famille, l’œuvre de Monique Ilboudo aborde des sujets sensibles touchant la société burkinabé, notamment les femmes : violences sexuelles, contraception, polygamie, mariage forcé, division sexuelle des tâches, scolarisation des filles… Dans son dernier roman « Si loin de ma vie », elle porte également un regard sans tabous sur les problématiques de l’immigration et de l’homosexualité en Afrique subsaharienne.
Si Monique Ilboudo mène depuis toujours un combat en faveur des femmes dans une démarche de sensibilisation et de vigilance, elle est devenue LA voix burkinabé dans la prise de conscience et la marche vers le changement engagée par son pays.

Publicités